Un verre de vin bleu / par M.-J. T.

 

Ivresses

 

Pour un verre de vin rouge,

Alors que dans ce bouge

Les mouches tournoyaient sans jamais se poser,

Solide et fraternelle l’amitié s’est scellée.

Et ils sont repartis chacun de leur côté

Sans jamais s’oublier et toujours se chercher.

 

C’est un verre de vin blanc qui donne le frisson,

Il emporte leurs corps dans une valse lente

Qui musette musarde, se glisse sous les jupons

Puis devient tourbillon, leur fait perdre raison.

Le soleil s’est éteint sur les coteaux viennois,

La valse s’est suspendue aux treilles de la vigne.

Ils se sont exilés fuyant leur désarroi.

 

C’est un verre de vin bleu dans le fond de tes yeux

Qui se noient dans un ciel limpide et infini

Éternité mystère d’un au-delà secret

Promesse d’un univers dont on ne connaît rien

Où brillent des soleils et chantent les étoiles.

 

M.-J. T.

1 réflexion sur “Un verre de vin bleu / par M.-J. T.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *